Sélectionner une page

Reforestation communautaire au Nicaragua

Ce projet encourage des familles de petits paysans à replanter des arbres sur les parties inutilisées de leur terre. Grâce à un meilleur aménagement de l’espace et à une utilisation durable des ressources forestières, la surface boisée sera augmentée le long de la ligne de partage des eaux, améliorant la qualité de vie des habitants.

Les bénéfices sont multiples:

  • Grâce aux plus de 2 millions d’arbres qui ont été plantés, 346’000 tones de CO2e on été évitées

  • 2’645 personnes ont trouvé un emploi dans ce projet, dont 1’100 en pépinière et 1’515 dans la plantation
  • 860’000 USD correspondant à 650 salaires annuels ont déjà été versés à la communauté
  • Placé en zone de partage, l’augmentation de la surface boisée permet de mieux retenir l’eau durant les saisons sèches et de modérer les inondations à la saison des pluies
Le but de ce projet est de réduire les émissions de gaz à effet de serre grâce à une meilleure utilisation des surfaces non-exploitées. Cette réduction est obtenue par la plantation d’essences indégènes. Ce projet a déjà permis d’éviter l’équivalent des émissions annuelles de 90’000 voitures, de fournir du travail à 409 familles et d’améliorer la qualité de vie des habitants de la régions.

Quelques chiffres:

  • 409 familles de petites exploitations ont reboisé une superficie de 1 500 hectares, ce qui est équivalent à 2 100 terrains de football.
  • 2 645 emplois
  • 68 communautés y participent
  • 346 000 t CO2 évitées

Plus d’infos

Il s’agit de mettre en place plusieurs plantations d’essences indigènes sur les petites exploitations. Les participants au projet possèdent des terres inutilisées et doivent prouver que leur participation au projet n’entre pas en conflit avec leur gagne-pain, notamment l’élevage et l’agriculture vivrière.

Le projet couvre une zone de 86 km2 et soutiendra des communes rurales qui sont dépendantes de l’aide extérieure; en outre, il incite les petits paysans à garder le contrôle sur leurs ressources naturelles. Avec un PIB par habitant de 1’079 USD par an, le Nicaragua est le deuxième pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental.

L’utilisation des sols le long de la ligne de partage des eaux est une question cruciale. Le projet porte sur l’une des lignes de partage les plus importantes de la commune de San Juan de Limay, victime à la fois d’inondations et d’un manque d’eau saisonnier.

L’augmentation de la surface boisée permettra de mieux retenir l’eau durant les saisons sèches et de modérer les inondations à la saison des pluies. Par ailleurs, dans le cadre du projet, des fours de cuisine avec cheminée seront distribués aux villageois afin de réduire les émissions de fumée dans les habitations, ce qui protègera en particulier la santé des femmes.

Le projet s’attaque aux causes de la déforestation, encourage la participation directe et continue des villageois, assure des formations techniques et offre des incitations financières aux participants pendant toute la durée de l’initiative, notamment au moyen de paiements pour services écologiques («payments for ecosystem services» – PES) et des revenus de l’exploitation du bois et d’autres produits forestiers durables.

Résultat: cette approche multiple permet de préserver la forêt en soulageant la pression sur la forêt naturelle environnante, tout en fixant des quantités mesurables de CO2 de l’atmosphère. En outre, les familles de la commune de San Juan de Limay verront leurs conditions socioéconomiques s’améliorer, en même temps que leur cadre de vie naturel.

Nom du projet: Plan Vivo Project Design Document (PDD) Limay Community Carbon Project

Emplacement: Nicaragua

Label: Plan Vivo

Réduction d’émissions: 78’000 t CO2e par an

Situation sans le projet: Dégradation de surfaces boisées, déforestation

Lancement du projet: Octobre 2010

Statut du projet: en cours